Toi aussi crée ton blog chat! | Blog de chats | Blog de lapins | Blog de chiens | Photos de chats | Photos de lapins | Photos de chiens

 Infos du Blog

Pseudo : calypso Une question? Contactez-moi!

Description du blog felin :
- Le chat ouvrit les yeux,Le soleil y entra.Le chat ferma les yeux,Le soleil y resta.Voilà pourquoi le soir,Quand je me réveille,J'aperçois dans le noir,Deux morceaux de soleil -

Création : Samedi 6 Mai 2006
Dernier article : 5 Sept 2008
88 articles
301 commentaires
83274 visiteurs  
Note de ce blog : 8.41/10*
*Note moyenne pour 87 votants!


<< Aout 2019 >>
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  


Mes blogs préférés :
michele07
perempuam
missclaire
mounette
Afficher le flipbook!

Les photos de mon (mes) chat(s) !



Les articles par catégories
Accueil...
Adresses utiles...
Aider un refuge...
Autres chats...
Chats de mon enfance...
Chats de refuge...
Conseils et documentation...
Divers...
Mes Amours d'aujourd'hui...
S. O. S. chats en détresse...
Un prénom pour mon chat...


 Autour de mon Blog

Note ce blog !




 

Les chats de mon enfance...
De nombreux chats ont partagé mon enfance, m'apportant joie, bonheur, plainitude mais aussi tristesse et larmes...

Cependant, j'ai une petite pensée, pour certains d'entre eux, qui de par mon très jeune âge, à l'époque, n'ont pas eu la possibilité, d'être photographiés

Telle que Biscotte, petite chatonne noire et blanche, trouvée un soir d'orage, et adoptée par Yann, mon cocker spaniel, qui devînt une "nounou d'enfer" avec la petite chatte... Ou encore les deux chatons, menacés d'être noyés par un voisin, et bien évidemment, récupérés à la maison : Cannelle, écaille de tortue de 2 mois, adorant se cacher dans mon cou, sous mes cheveux et Tidou, pelage angora gris souris et blanc, avec deux beaux yeux bleus...

Vous découvrirez à travers mes articles, divers chats tous différents, avec chacun leur caractère, mais ayant tous un point commun : l'amour et le bonheur qu'ils m'ont apporté...

Douces pensées à mes petits anges

Bonne lecture à vous tous

 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h05 | Laisser un commentaire| 1 commentaire | Lien permanent

 

Je vous présente PUSSY CAT...

Je n'avais que 8 ans... Dans mon immeuble, nous étions plusieurs enfants, et chaque fois que la petite chatte passait dans le parc, nous lui faisions pleins de caresses et de bisous, en échange de doux ronrons...

La chatte était blanche aux yeux verts clairs, avec les oreilles et le nez rose pâles. Elle appartenait au concierge : un homme brusque et sans aucune considération pour le monde animal...

Mes amis et moi même avions baptisé la chatte "Minette" (pas très original, je l'avoue, mais à 8 ans )...

Un jour, notre petite Minette eut une portée : avec l'aide de quelques unes de nos mamans, nous avons installé, un nid douillé, dans une cave de l'immeuble : un vieux canapé, des draps et couvertures, gamelles d'eau et de croquettes, sans oublier nos visites régulières, pour voir si tout allait bien

Puis, les chatons vînrent au monde, sous mes yeux émerveillés par ce si beau "spectacle" ; la chatte était si douce avec chacun de ses petits, si délicate, j'étais fascinée pas cette mise bât... La seule ombre au tableau, le concierge, qui nous annonça clairement, que les chatons allaient être noyés

A cet instant, je me souviens avoir monté les escaliers comme une fusée et essayé de convaincre ma mère de récupérer un chaton : eh ma foi, je fus convainquante, car le soir même, nous installions Minette et un chaton, dans notre appartement. Hélas, les autres petits n'ont pas eu la même chance

Je me souviens que nous avions pris la baignoire de ma poupée, au fond de laquelle ma mère avait mis une épaisse couverture, pour faire un petit "lit", à la chatte et son petit : que nous avions baptisé "Pussy Cat"...

C'était tout le portrait de sa maman, doux, tendre, câlin, très discrêt, bien que parfois, un peu foufou et coquin, tel que lorsqu'il se perchait sur le meuble du téléphone, et qu'il sautait sur le dos de notre chien Ulack (un caniche abricot), ou encore quand le facteur arrivait, notre Pussy Cat se cachait dans la boîte aux lettres et s'amusait à attrapper les doigts du facteur, quand celui-ci glissait le courrier dans la boîte Pussy Cat avait également une petite manie, qui était de grimper le long de nos jambes, afin de venir sur le plan de travail de la cuisine, quand nous préparions sa gamelle... Il "aimait" aussi regarder la télé, à condition d'avoir sa chaise haute et son biberon ( )...

Voilà, les quelques souvenirs que j'ai gardé de ce chat... Oh j'allais oublier, j'ai gardé une petite cicatrice sur la poitrine, d'une griffure faite, alors que j'avais Pussy Cat dans les bras, et par une mauvaise blague, d'un membre de ma famille, il a eu peur et c'est débattu (mais sans rancune toute fois envers mon chat). C'était un ange
 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h18 | Laisser un commentaire | Lien permanent

Mam'zelle Grisette...


Son histoire est assez courte, du fait que cette petite chatte était à mon voisin. Elle vivait en villa, dans un petit hameau...

C'était une chipie de petite taille, mais très câline. Nous la croisions parfois, au détour d'un chemin, deux ou trois caresses, quelques ronrons et elle disparaissait aussitôt, bondissant comme un cabri

Durant un été, elle prit possession du panier de fleurs, situé sur la table de notre salle à manger et cette drôle de manie ne fut que de courte durée : Mam'zelle Grisette (comme je l'avais baptisée), repris alors sa vie de bohème, dans notre petit hameau...
 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h23 | Laisser un commentaire | Lien permanent

Bidule...
Ce chat a été ramassé dans la rue, alors qu'il était chaton, par des enfants, puis laissé à l'abandon, dans le quartier.

J'étais âgée de 10 ans, lorsque je l'ai recueilli dans ma famille. Il fallu alors lui trouver un nom. Il était tout "pas beau" les pattes postérieures étaient plus hautes que les antérieures, tout maigre avec les moustaches coupées, par-ci, par-là je l'ai donc appellé "Bidule"

C'était un matou un peu baroudeur, voleur car très gourmand, mais d'une gentillesse exemplaire, aimant les caresses et les bisous. Il était assez autonome, car bien qu'une gamelle de croquettes, était disponible à la journée, Bidule venait sans aucune gène, ouvrait la porte du placard de la cuisine et après avoir renversé sa boîte de croquettes, en grignottait quelques unes avant de repartir. Il était aussi d'une grande patience...

Comme lorsque par jeu, je lui mettais une petite laine, afin de le protéger du grand froid hivernal, du Sud de la France ou encore, lorsqu'on lui a présenté sa nouvelle copine, une jeune chiot berger allemand de 2 mois, baptisée "Joy", et qui lui en faisait voir de toutes les couleurs, Bidule prenait alors son mal en patience, ou crachouillait légèrement, afin de montrer, qui était le "chef"

Il passait ses journées d'été à vadrouiller dans la pinède, mais n'oubliait jamais de venir nous dire bonjour chaque matin, et prenait son petit déjeuner avec la famille... L'hiver, les sorties étaient plus rares, il préfèrait un bon panier bien chaud, voir mon lit, afin de s'y endormir... Durant les fêtes de Noël, il avait pris l'habitude de se coucher au pied du sapin, histoire d'être sûr que le père noël n'oublierait pas de lui apporter un cadeau, et parole de chat, mon Bidule a toujours eu un petit cadeau, au pied du sapin... L'été, nous avions installé une piscine et durant les baignades, Bidule grimpait sur l'échelle, et nous observait quelques minutes, puis, repartait chasser le lézard ou la sauterelle

Mais hélas, la vie a décidé d'un destin bien triste pour notre chat : après un après midi de pêche et malgré toutes les précautions prises par la famille, Bidule, entraînait par sa gourmandise, avait réussi à nous chaparder un poisson ; malheureusement, un hameçon y était restait bloqué... Malgré tous les moyens mis en oeuvre, pour retirer l'hameçon de l'estomac de notre chat, notre cher Bidule c'est éteinds un après-midi, nous laissant seul avec notre chagrin...
 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h31 | Laisser un commentaire | Lien permanent

 

Patou, Ponch et Joy...
Les enfants de mes voisins avaient l'habitude de récupérer les chats errants et après avoir plus ou moins joué avec eux, les laissaient à l'abandon dans la nature...

La petite chatte Cléo fait partie de ses chats abandonnés : je l'ai découverte un jour, cachée sous un buisson contre la clôture de mon jardin, auprès d'elle se blottissait un chaton, âgé environ de 2 mois.

Cléo était une mini panthère noire, poils courts, avec deux beaux yeux verts, tandis que son chaton, baptisé Patou, avait le poil court, couleur gris charteux, avec les mêmes yeux que sa mère...

Les premiers contacts furent un peu houleux : la petite chatte feulait dès mon approche, protégeant son petit. Régulièrement, j'allais les voir, tout en restant à distance et déposant chaque jours, une petite poignée de croquettes et un fromage (vache qui rit), et à en voir l'assiette vide, j'ai pu m'apercevoir que ça leur plaisait

Les jours ont passé, et avec beaucoup de douceur et de patience, j'ai pu enfin à mon grand bonheur, caresser Cléo et Patou Et un beau matin, ce qui devait arriver arriva : Ma mère entendit miauler à la porte de la maison, lorsqu'elle ouvrit, Cléo et son petit étaient là ; ils se faufillèrent dans la villa, firent le tour du propriètaire, et s'installèrent chez nous... Nous nous retrouvions donc avec deux chats supplémentaires, deux amours

Cléo passait très peu de temps à la maison, contrairement à Patou, qui préférait se prélasser au soleil, l'été, ou dans un panier, voir sur mon lit, durant l'hiver... Bien que parfois, selon son humeur, il partait à la chasse et nous rapportait ses trophées en cadeau (mulots, lézards, sauterelles, etc...).

Puis, Cléo commença à changer de comportement, plus câline que d'ordinaire, plus casanière, ronronnante, sans parler des miaulements... Nous comprîmes alors, qu'elle était enceinte : Ma mère surveillait notre Cléo, afin que tout se passe bien, et lui avait préparé un petit nid douillé, pour la mise bât.

C'est en fin d'après midi, un 1er avril, que les petits naissèrent. J'étais alors devant la télévision, [je me souviens même que je regardais la série "Chips", l'acteur que je préférais se nommait Poncharello, dit "Ponch" ] Il y eu trois chatons : deux noirs aux poils courts et un gris au poils longs. Dès que je le vis, j'ai dit à ma mère : -" Lui, je l'appelle "Ponch", puis nous avons baptisé les autres petits : Frimousse (malheureusement décédé d'une pleurésie, alors qu'il n'avait qu'un an) et l'autre se fut Diabolo ( que nous avons fait adopter, après son sevrage)...

Cléo reprit sa vie de vagabondage et nous ne l'avons jamais revue... Entre Joy (ma chienne berger allemand), Ponch et Patou, c'était l'entente parfaite Malgré le fait de vivre à la campagne, mes chats préfèraient flâner au soleil, et s'éloignaient rarement de la maison, et l'hiver, il fallait regarder sous la couette de mon lit, pour les voir

Je me souviens qu'un jour, un matou du quartier est venu enquiquiner mon Ponch, qui se mis à miauler d'une façon très particulière, je vis alors Joy arriver et foncer sur le matou, qui mort de peur, passa la nuit perché en haut d'un arbre ou encore la fois où, en rentrant chez moi, j'ai trouvé Caroline, une tortue de terre, et Ponch fut longuement intrigué par ce drôle d'animal ; Caroline se cachait dans sa carapace, tandis que Ponch, très surpris, tatonnait avec sa patte, afin d'essayer de faire sortir, de sa cachette, cette étrange et très curieuse "chose", parfois même en se perchant sur le dos de Caroline

Bien que Patou était très sociable et câlin, il restait plus discrêt, tandis que Ponch avait, avec moi, une relation fusionnelle : Dès que je rentrais du lycée, il arrivait et ne me quittait plus, il dormait avec moi (blottit sous les draps contre mon ventre ), se mettait sur mes genoux, quand je mangeais ; lorsque je suis rentrais en internat, ma mère m'écrivait des lettres, et me disait qu'à chaque fois, Ponch venait à ce moment précis et se couchait sur les feuilles, à croire qu'il sentait que le courrier était pour moi ; même mon vétérinaire me disait -"c'est pas un chat, c'est un enfant"

Ce n'était que du bonheur, hélas, c'était trop beau pour durer : le divorse de mes parents et surtout la bétise et la rancune de mon père et de mon frère ont fait que je n'ai pu garder Joy, Ponch et Patou Suite à ça, ma chienne, qui était le "bébé" de ma mère s'est laissée mourir de chagrin, quand à moi, la séparation avec mes animaux fut un choc énorme, je peux même dire un traumatisme, qui m'a laissé une blessure et un grand chagrin

Suite à cet évênement, j'ai passé presque un an sans animaux, même les souvenirs de mes chers compagnons, j'ai du mal à me les rappeller ; A l'heure d'aujourd'hui, je n'ai toujours pas réussi et je ne veux même pas pardonner cet acte de méchanceté gratuite ; mes animaux représentaient tout pour moi, c'était mon oxygène La peine et la douleur sont toujours présentes, est je n'ai toujours pas pu faire le "deuil" des mes compagnons à 4 pattes... Je ne les oublierais JAMAIS.







 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h47 | Laisser un commentaire | Lien permanent